Les 10 sites les plus radioactifs de la planète

tchernobyl
tchernobyl
La série Tchernobyl a récemment donner envie à des instagremmeurs d'aller visiter cette zone radioactive. Mais ce n'est malheureusement pas la seule au monde...
Partage avec tes amis

Alors que le scandale des photos Instagram faites à Tchernobyl bat son plein (faut avouer se prendre en petite culotte dans des lieux de mort, on a connu mieux en terme de respect), on s’est posé cette question chez Voyage Insolite : quels sont les sites les plus radioactifs au monde ?

Et on a trouvé des réponses.

Alors vous serez peut-être tenté d’aller découvrir ces sites radioactif façon urbex : c’est vrai c’est fascinant de voir des lieux où la vie a cessé d’un coup.

Ca fera grimpé dans le même temps votre compte Instagram et votre compteur Geiger. Mais si vous tentez l’aventure, par pitié pensez à tous ceux qui ont souffert dans ces lieux.

De Hanford à Tchernobyl en passant par Fukushima, je vous emmène découvrir les 10 endroits les plus radioactifs de la planète. Et merci de vous essuyez les pieds et le corps en sortant.

Fukushima (Japon)

La ville déserte de Fukushima au Japon
La ville déserte de Fukushima au Japon

Un tremblement de terre et un tsunami auront eu raison de la centrale nucléaire de Fukushima. Un accident jamais envisagé ni préparé par les autorités.

Résultat toute une région évacuée et une ville de Fukushima devenue fantôme.

Tchernobyl (Ukraine)

Tchernobyl ou du moins ce qu'il en reste
Tchernobyl ou du moins ce qu’il en reste

L’accident le plus important qu’ait jamais connu une centrale nucléaire. 1986, le réacteur no4 rentre en fusion. Une explosion le détruit dans sa quasi totalité et libère ainsi des particules radioactives qui contamineront toute l’Europe. N’en déplaise aux journaux télévisés français de l’époque qui nous expliquait que le « nuage radioactif ne traverserait pas les Alpes ».

Avec le temps en prime, la ville de Tchernobyl ressemble à une ville post-apocalyptique. Le « jugement dernier » de Terminator 2, la vague de zombie de « Je suis une légende » ? Non la centrale Lénine qui explose en 1986.

La série Tchernobyl qui cartonne sur les écrans en ce moment, a poussé certains Instragameurs à découvrir les lieux et prendre des selfies pas très malins.

Mais cela fait déjà depuis plus de 10 ans que les voyageurs intrépides, fan de urbex, peuvent se rendre sur place par des « voyages organisés ».

Maïlou-Sou (Kirghizistan)

La vie n'existe plus près de la zone minière
Plus aucune vie près de la zone minière de Kirghizistan

Bon voilà au moins un site qui n’a pas subi d’attaques ou de catastrophes nucléaires, la ville minière du Kirghizistan. Mais, oui il y a un mais, l’Union soviétique ayant construit cette mine y a fourré de l’uranium.

Cette ville, plus précisément localisée dans le sud du Kirghizistan dans la province de Djalalabad, regorge de déchets toxique dans la zone minière. Celle-ci a été fermé après la disparition de l’armée soviétique car c’était plus rentable.

Ce qui a entrainé la migration de pas mal de personnes, dont les jeunes, vers les pays voisins ou dans le nord du Kirghizistan car il y avait plus de possibilité de trouver un travail ailleurs.

Il y a environ 2 millions de mètres cube d’uranium et 23 décharges autour de la ville. Elle fait partie au moins des 10 sites les plus pollués du monde. Le comble de tout ça c’est qu’elle est sur une zone à haut risque sismique.

Le polygone nucléaire de Semipalatinsk (Kazakhstan)

Polygone la cible de nombreuses essais nucléaires
Polygone nucléaire du Kazakhstan, la cible de nombreux essais nucléaires

Encore un énième endroit qui a été la cible d’essais nucléaires pendant la guerre froide entre 1949 et 1989. Au total, on cumule 456 tests.

Et malheureusement derrière ce sont encore et toujours les habitants qui en souffrent. 1,5 millions d’habitants aux environs ont été atteint de maladies à ce période-là car ils étaient exposés aux radiations supérieures à celle de Tchernobyl.

Mais malgré sa fermeture définitive depuis 1991, cela n’empêche pas qu’aujourd’hui des personnes encore logeant dans les environs sont victimes de radiations.

Le combinat chimique de la Sibérie (Russie)

La ville de Seversk exposée aux déchets nucléaires
La ville de Seversk exposée aux déchets nucléaires

Nous revoilà en Russie, non pas très loin de la ville populaire de Moscou, à Severks, dans le nord du pays.

Cet endroit a la particularité de stocker plus de 25 000 tonnes de déchets radioactifs dans des bassins à ciel ouvert. La nouvelle usine aura la possibilité de stocker 20 000 tonnes en 2020. Tu éviteras d’aller faire ton petit selfie là-bas.

N’empêche, beaucoup en ont subi les conséquences. Par exemple, le village de Naumkovo, non loin de l’usine, est exposé aux déchets et donc en 2006, un veau naît avec 2 têtes.

Quand vous habitez cette zone surexposée et qu’ il y a du vent, de la pluie ou de la neige, les risques de contamination grimpent en flèche.

Sellafield (Angleterre)

La centrale nucléaire de Sellafield au Royaume-Uni
La centrale nucléaire de Sellafield au Royaume-Uni

Cap maintenant au sud-ouest de l’Angleterre où se situe la centrale nucléaire de Sellafield. Pendant longtemps elle aura servi à fournir en plutonium. Résultat, presque toute l’usine est contaminée.

Outre l’usine, c’est malheureusement les côtes irlandaises qui sont touchées puisque la centrale y déversait des tonnes de déchets toxiques. Genre près de 8 millions chaque jour.

Mais, elle est quand même la plus contaminée du monde. Quelle horreur. Alors je vous conseille de ne pas y faire trempette.

Toute façon l’eau est trop froide. D’ailleurs, on se demande à quoi ressemble les côtes irlandaises maintenant.

Mais une chose est sûre maintenant, c’est que la centrale nucléaire a cessé son activité en 2003 et est totalement démantelé depuis 2017.

Complexe nucléaire de Hanford (Etats-Unis)

Le site nucléaire de Hanford aux Etats-Unis
Le site nucléaire de Hanford aux Etats-Unis

Nouvelle direction et nouveau contexte avec le site Hanford aux States. Ce lieu est réputé pour avoir gardé du plutonium pour les plus grosses armes nucléaires du Japon : la bombe Hiroshima et Nagasaki.

Mais à défaut de ne pas faire partie de la zone la plus radioactive du monde ce site détient plusieurs mètres cube d’eau contaminées et des millions de déchets toxiques.

Des milliers d’employés prennent des risques là-bas. Surtout qu’en mai 2017, un tunnel rempli de substances toxiques s’est effondré sur le site Hanford. Un endroit à surveiller de très près.

C’est donc le site le plus radioactif des Etats-Unis d’Amérique depuis 1956. C’est un endroit ouvert aux visites mais vaut mieux faire attention à où vous mettez les pieds. Si vous aimez les gros risques, c’est un endroit fait pour vous.

La côte italienne (Italie)

La côte méditérranéenne
La côte méditerranéenne

L’Italie, la méditerranée, c’est l’un des endroits typique pour passer ses vacances comme vous le savez déjà. Les touristes de tout pays confondus s’y rendent, particulièrement l’été, pour profiter de l’eau à bonne température.

Mais est-ce que vous savez que la côte italienne est malheureusement très polluée elle est aussi ? Vous saviez pas ? En 1994, soit 25 ans en arrière, des cargos remplis d’uranium et de plutonium ont été coulé à cet endroit.

Je crois que la mafia ne sait pas faire la différence entre une poubelle et la mer. Car elle préfère balancer ses produits toxiques là-bas au lieu de les enfouir dans un lieu bien protégé dans les entrailles de la terre.

Si vous vous baignez en famille et que vous croisez pleins de poissons à 6 yeux dans l’eau ne soyez pas surpris car maintenant on sait d’où ça provient. En tout cas, ça donne vachement envie d’y tremper le pied.

La côte Somalienne (Somalie)

Un baril de déchets toxique retrouvé sur la plage
Un baril de déchets toxique retrouvé sur la plage

La Somalie accueille malheureusement de lourds déchets radioactifs.

La mafia s’est servi du laxisme de la côte somalienne pour se débarrasser des détritus des sociétés Suisse et Italiennes par exemple qui n’auront pas besoin de les stocker dans un endroit à l’abri de tout.

Il y aurait près de 600 barils remplis de liquide ou solide nuisible à la santé de l’homme.

Maintenant, si vous allez là-bas et qu’en vous promenant sur la plage vous croisez l’un de ces gros barils, ne faîtes pas les malins en prenant un selfie à côté d’un dangereux baril.

Le complexe industriel du Maïak (Russie)

Une maison près d'un fleuve après la catastrophe à Maïak
Une maison près d’un fleuve après la catastrophe à Maïak

Situé en Russie, ce complexe était généralement utilisé pour des essais nucléaires, et elle a finalement explosé en 1957.

Plus d’un million de particules radioactives se sont éparpillées dans l’air. Ca a pollué des villes voisines à plusieurs dizaines voire une vingtaine de kilomètres.

Et les pluies et les tempêtes ne faisaient qu’aggraver la situation. La pluie torrentielle polluait les lacs comme le Tetcha.

Et la tempête soulevait des particules radioactives d’un lac jusqu’à l’emmenait dans des régions aux alentours dont Ozërsk.

Alors si vous voulez y aller et prendre des photos, il vaudrait mieux écouter les conseils d’un spécialiste.

Quel site est le plus dangereux pour vous ? Lequel aimeriez-vous voir de loin ou de très près quitte à vous exposer ?

Partage avec tes amis
Vraiment bien écrit par
D'autres super articles de Pascale

Top 10 des guides de voyage insolites sur Paris

Découvrez Paris autrement avec notre sélection de guides insolites.
Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *